Bilan prévisionnel ou business plan : Que choisir ?

Beaucoup de termes sont utilisés pour signifier la même réalité mais s’il s’agit de la même idée. De manière générale il peut exister quelques nuances entre un bilan prévisionnel, que l’on appelle aussi prévisionnel financier, et le business plan qui est une étude de marché, une étude de l’environnement détaillée dans de nombreuses pages annexes. De nombreux sites internet prétendent vendre en 48h et parfois en 24h des études très détaillées de votre projet sur l’environnement géographique et vos concurrents. Il s’agit en réalité de modèles déjà établis servant de base à votre projet.

Trois entrepreneurs rencontrent un banquier pour présenter leurs bilan prévisionnel
Rencontrer votre banquier pour obtenir des financement peut être stressant. Montrez-lui votre bilan prévisionnel pour renforcer sa confiance dans votre projet.

​Chez bilan-previsionnel.fr oubliez les textes inutiles !

Nos chiffres donnent à votre banque l’essentiel des éléments qu’il a besoin. La synthèse explicative et notre avis sur la viabilité de l’entreprise seront largement suffisants pour que le banquier puisse avoir une idée rapide de votre projet et de la solvabilité de votre structure. N’oublions pas que la première question que le banquier se demande c’est de savoir si son crédit sera remboursé ou pas !

Qu’est ce qu’un bilan prévisionnel ?

Un bilan prévisionnel est tout d’abord un état financier. Il est une tentative de projection la plus fidèle des besoins de l’entreprise, de ses charges, du montant du capital et des investissements. Pour l’ensemble de ces chiffres il est difficile de se tromper et il est largement possible de les chiffrer au plus juste possible. Ensuite, il y a une part d’estimation et d’aléatoire. Cette estimation est la plus juste possible en fonction de nombreux critères: notre expérience, la comparaison avec des affaires similaires, la comparaison avec les concurrents, la prise en compte du besoin et de l’emplacement ainsi que de la conjoncture économique. Il est alors très facile de faire un scénario pour voir dans quel cas l’entreprise sera rentable et c’est le chiffre qui nous intéresse le plus, c’est ce qu’on appelle le seuil de rentabilité en d’autres termes il s’agira de savoir à partir de combien de Chiffre d’affaires l’activité sera considérée comme viable. Plus l’activité sera rentable avec une projection maximale des charges afin de répondre aux imprévus et une projection minimale des recettes dans le scénario le moins optimiste plus on pourra garantir avec certitude une réussite du projet.

Quelle est la différence entre un business-plan et un bilan prévisionnel ?

Un business plan est un document assez complexe qui offre de nombreuses synthèses, une étude de la situation du projet, du développeur, les points forts et faibles. Toute cette documentation est réunie dans nos bilans prévisionnels présentés au modèle de la liasse fiscale et comptable. On y retrouve tous les reports d’années en années, le montant du capital, des amortissements, le montant de l’investissement de départ, les disponibilités bancaires, le Chiffre d’affaires, les charges et donc le résultat. Une annexe fournira au banquier les principaux indicateurs qu’il a besoin pour prendre sa décision, tels que l’excédent brut d’exploitation et les différentes marges.

Quelles sont les deux grandes parties d’un bilan prévisionnel ?

Le bilan prévisionnel consiste en une synthèse sur deux tableaux distincts. D’une part le bilan et d’autre part le compte de résultat recensant toutes les informations de l’activité de votre entreprise traduits en terme de chiffre.

Le premier tableau est divisé en deux parties:

D’une part l’actif (le patrimoine de la société, ses investissements (immobilisations) , par exemple un ordinateur, une voiture, une imprimante une machine (c’est le cas pour un graphiste par exemple), il peut aussi s’agir d’un patrimoine incorporel (par exemple la création d’un site internet qui a acquis de la valeur et que l’on pourra revendre en fonction de l’intérêt qu’il suscite et des clients qu’il apporte), on y inclura aussi les créances de clients car c’est de l’argent appartenant à l’entreprise mais qui est encore à l’extérieur ainsi que les stocks (tout le matériel par exemple les cartouches, ou le papier d’un imprimeur a une valeur qui augmente le poids financier de l’entreprise

Et d’autre part le passif, c’est à dire la répartition financière de l’activité de l’entreprise avec d’une part les capitaux propres (l’argent qui est réellement dans l’entreprise (le capital, les réserves, la remontée des résultats des années précédentes (à nouveaux) , les fonds appartenant aux associés ( compte courant) somme peu certaine dans la valorisation de l’entreprise car si cette somme est présente aujourd’hui elle disparaîtra demain à la vente de la société ou dès-lors que les associés reprendront leur argent…​

Enfin, nous présentons la deuxième partie de l’état financier que l’on appelle le compte de résultat, c’est à dire un tableau en deux colonnes présentant l’activité de l’entreprise dans l’année, ses recettes et ses dépenses, la différence entre les deux constituant le résultat.

On y trouve en général deux grandes parties: les charges d’une part et les produits d’autre part. Dans les charges on intègre tous les frais et dépenses de l’entreprise ainsi que les investissements réalisés en vue de pouvoir réaliser les échanges. La différence entre les recettes et les dépenses constituent le résultat. Cette vue d’ensemble peut être réalisée de deux manières, soit par un tableau comparatif entre les recettes et les dépenses soit un état financier de type comptable présentant.


Portrait Sam Arminius

Samuel est un juriste-fiscaliste avec plus de 10 ans d’expériences dans le domaine. Diplômé de Paris-Sorbonne, il a aidé plus de 1000 entrepreneurs à travers sa carrière.

Sam Arminius

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.